comment la série “Gossip Girl” a imposé son style


Gossip Girl - La CW

Gossip Girl – La CW

“Bonjour, Upper East Siders”! La série Une fille bavarde est de retour ce 8 juillet, près de 9 ans après la diffusion de son dernier épisode. Le célèbre feuilleton, diffusé de 2007 à 2012, revient avec un nouveau casting et sur une nouvelle plateforme (HBO Max), mais toujours avec la voix de Kristen Bell pour narratrice, et Eric Daman au stylisme.

La présence d’Eric Daman, concepteur des tenues aujourd’hui cultes de Blair, Serena, Jenny et les autres, n’est pas une surprise: la mode est l’un des éléments majeurs de la série d’origine, et a contribué à son succès. A l’instar d’autres show tels que Amis ou Sexe et la ville, Une fille bavarde a lancé des tendances, mis en lumière des créateurs, mais surtout, a proposé des looks qui sont encore pertinents aujourd’hui et continuent d’inspirer fashionistas et silhouettes de défilés.

“Le sens du style de la série a un large impact sur le marché de la mode”, écrivait le très sérieux New York Times à l’été 2008, à l’issue de la première saison. “Les commerçants, les créateurs et les consultants en tendances disent que Une fille bavarde, qui fera son retour le 1er septembre, juste à temps pour le shopping de rentrée scolaire, est l’une des plus grandes influences sur la façon dont les jeunes femmes dépensent leur agent”.

Alors que démarrait tout juste la “Gossip Girl Mania”, les fans “se rendaient en boutique avec des photos des stars de la série et demandaient leurs tenues exactes”, ou “commandaient en ligne les pièces portées par les héroïnes, au point que plusieurs se retrouvaient en rupture de stock”, selon le journal. En parallèle, des stars apparaissaient sur le tapis rouge vêtues de looks présentés en avant-première dans le feuilleton, tandis que les marques se battaient pour qu’un de leur produit apparaisse à l’écran.

Retour en images sur le style Une fille bavarde, qui a façonné celui de toute une génération.

Le preppy modernisé

A Constance Billard, l’école privée la plus en vogue de Manhattan, l’uniforme est obligatoire – mais comptez sur l’élite new-yorkaise pour transformer la plus basique des jupes à carreaux en pièce désirable. Dans Une fille bavarde, Eric Daman s’est surtout amusé avec les codes du style preppy (scolaire et BCBG, et adopté par les étudiants fortunés des grandes universités américaines dès les années 1950), de la jupe tartan à l’impeccable chemise blanche en passant par la cravate, qu’il mélange avec des sacs griffés, des accessoires modernes et des vêtements de créateurs pour marquer la singularité de chaque personnage.

Ainsi, Blair Waldorf (Leighton Meester), reine des abeilles bien-sous-tout-rapport (en apparence) dont le style est considéré comme l’un des plus influents dans le monde des séries télévisées, ne sort jamais sans son emblématique serre-tête – d’ailleurs relancé, en 2019, par Prada. A ses jupes, elle associe des collants de couleurs, plumetis ou en dentelle. Une silhouette copiée par toutes les autres filles de l’école. Ou presque.

Sa meilleure amie, Serena Van Der Woodsen (Blake Lively), lycéenne populaire et fêtarde, embrasse une esthétique moins guindée et plus bohème (voir plus bas): la chemise est déboutonnée, la cravate défaite, les sacs cloutés et les vestes en cuir. Elle conserve toutefois un esprit “Ivy League” (terme désignant les 8 universités les plus anciennes et prestigieuses des Etats-Unis), avec des gilets en mailles et des chaussettes montantes.

Quant à Jenny Humphrey (Taylor Momsen), présentée comme l’élève “pauvre” du lycée (mais qui habite dans un loft gigantesque à Brooklyn, quand même), le spectateur suit son évolution, d’ado sage et naïve à rebelle qui veut s’affranchir des codes d’un monde auquel elle n’appartient pas. Après un passage obligatoire par le combo serre-tête/manteaux pastels/collants colorés, la jeune femme incarnée par Taylor Momsen se transforme en punkette des temps modernes (voir plus bas), avec veste de biker, collants résilles, rouge à lèvres sombre et bottines pointues au programme.

Le boho-chic façon Manhattan

A la fin des années 2000, lorsque débute la première saison de Une fille bavarde, les “it girls” mode du moment s’appellent Nicole Richie, Lindsay Lohan, Sienna Miller, les soeurs Olsen et Kate Moss. Eric Daman s’en inspire pour le style “hors lycée” de Serena Van der Woodsen, incarnation de la tendance boho-chic, mais à la sauce Manhattan.

Le style de Blake Lively dans Une fille bavarde reprend ainsi les éléments des looks bohèmes qui cartonnent à l’époque dans les tabloïds: les longues robes, les imprimés maximalistes, les bijoux d’inspiration ethniques, les débardeurs loose, les sequins, les boots en daim, mais se veut plus citadin.

Les tenues sont agrémentées d’imposants sacs de créateurs, de bijoux XXL ou de pochettes recouvertes de pierres colorées. Plus l’intrigue avance, plus Serena veut se faire remarquer, et plus ses tenues brillent et attirent l’attention, racontait d’ailleurs le styliste dans le making-of de la saison 3.

Vanessa Abrams (Jessica Szohr), sorte d’anti-Serena vivant de l’autre côté de l’East River, à Brooklyn, embrasse elle aussi les looks bohèmes. Plus hippie et moins chic, à l’image du personnage qui se moque des conventions et rejette cet univers privilégié qui le lui rend bien, son style est plus brouillon, avec des mix’n’match d’imprimés pas toujours réussis – mais qui traduisent parfaitement le personnage.

Le rock version mode

Arboré par Jenny Humphrey lorsqu’elle passe d’élève studieuse à rebelle de service, le style rock se retrouve aussi dans la garde-robe de la manipulatrice Georgina.

Chez la première, il est porté façon rockstar (l’influence de l’interprète de Jenny, l’actrice Taylor Momsen, chanteuse dans le groupe de rock alternatif The Pretty Reckless), avec des touches de grunge. Au programme, des collants résilles, troués ou les deux, des bottines pointus qui défient les lois de la gravité dans un esprit glamrock, des cheveux peroxydés, des mini-kilts, du noir, du noir et encore du noir, des cravates portés sur des t-shirts, de la veste en cuir Oscar de La Renta, ainsi que des gilets oversize et des carreaux à la Kurt Cobain.

Du côté de la seconde, enfant riche capricieuse et calculatrice, rock côtoie glamour et Haute Couture, et le top à épaules couvertes de pics est associé à un collier XXL Bulgari en diamants. Ses tenues semblent sortir directement d’un défilé Balenciaga, Balmain ou Bottega Venetta circa 2010.

Et en 2021 ?

La suite de Une fille bavarde semble bien partie pour marcher dans les pas de la version d’origine, si l’on en croit les images qui ont déjà fuité. L’uniforme preppy de Constance Billard est toujours au rendez-vous, et remis au goût du jour pour plaire à la Gen Z.

Eric Daman a introduit la touche sportswear/streetwear qui domine les tendances, à coup de sneakers à grosses semelles ou encore de jogging porté avec chemise et cravate. Les sacs de grandes maisons, du Book Tote monogrammé de Dior au cabas Louis Vuitton, côtoient des pièces de créateurs plus récents dont Instagram raffole, tels que des sandales à l’esprit 90’s Cult Gaia, le sac effet croco JW Pei ou le Chiquito du Français Jacquemus.

Ces nouvelles silhouettes auront-elles autant d’impact que les anciennes? Sûrement, et l’effet Gossip Girl a déjà commencé: une paire de mocassins à plateformes Sam Edelman, aperçue sur des photos promotionnelles, est déjà en rupture de stock.

Article original publié sur BFMTV.com



Source link

Laisser un commentaire