EN DIRECT – Afghanistan : un troisième vol transportant plus de 200 évacués de Kaboul a atterri à Roissy

L


L’évacuation de diplomates, d’autres étrangers et d’Afghans ayant travaillé avec eux se poursuit dans des conditions difficiles à Kaboul, tombée aux mains des talibans.

216 personnes attendues à Paris

Une grande partie des personnes réfugiées à l’ambassade de France à Kaboul sont désormais en lieu sûr, après l’évacuation dans la nuit de mardi à mercredi, par l’armée française, de 216 personnes, attendues à Paris en fin de journée. Il s’agit de 184 Afghans «de la société civile en besoin de protection», de 25 Français, 4 Néerlandais, un Irlandais et 2 Kenyans. Mardi, 41 ressortissants français et étrangers avaient été exfiltrés de la même façon.

Des milliers de personnes évacuées par les États-Unis et le Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a évacué 306 Britanniques et 2052 Afghans, «en toute sécurité», a annoncé mercredi le Premier ministre Boris Johnson. L’armée américaine a, elle, déjà évacué plus de 3200 personnes, notamment du personnel américain, à l’aide d’avions militaires. De plus, près de 2000 réfugiés afghans ont été acheminés vers les États-Unis. Les États-Unis prévoient d’évacuer plus de 30.000 personnes via leurs bases au Koweït et au Qatar.

Des ponts aériens vers d’autres pays

L’Espagne a engagé une première série de rotations, via Dubaï, avec un premier vol militaire arrivé à Kaboul mercredi et deux autres en route.

Les Pays-Bas ont évacué mercredi leurs premiers ressortissants. Certains, qui devaient partir avec le premier des deux avions, n’ont pas réussi à l’atteindre à temps, bloqués notamment par des soldats américains. Mais un appareil a quitté Kaboul avec environ 35 Néerlandais et des ressortissants belges, allemands et britanniques, en route pour Tbilissi, selon le ministère néerlandais de la Défense.

La Pologne a évacué 50 personnes vers l’Ouzbékistan, d’où un appareil civil doit les rapatrier. Deux autres avions militaires vont poursuivre les rotations. Selon le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, l’Otan et l’Union européenne ont demandé à Varsovie de rapatrier quelques-uns de leurs employés.

La Norvège a pour sa part rapatrié 14 Norvégiens et poursuit ses opérations, dans une situatiau “extrêmement difficile» selon la cheffe de la diplomatie norvégienne.



Source link

Laisser un commentaire